Deux professeures de l'Université de Moncton au Congrès mondial de l'International Federation for Home Economics

In French only

MELBOURNE, AUSTRALIE, 20 juillet 2012 – Deux professeures de l’Université de Moncton se sont rendues à Melbourne en Australie afin de présenter des communications au XXIIe Congrès mondial de l’International Federation for Home Economics.

La professeure Jeanne Godin a fait deux présentations le 18 juillet. Sa première s’intitulait: Est-ce que la famille est importante? Elle a enquêté à savoir si les concepts présents dans le corpus modèle de connaissance pour les familles et les sciences de consommation sont importants pour les jeunes adultes. Cette étude exploratoire quantitative a enquêté à savoir comment 42 étudiants universitaires canadiens, qui ont fréquenté l’université pendant au moins un an, ont répondu aux 14 énoncés représentant la pertinence de ces concepts dans leurs vies. Sa deuxième présentation rapportait les résultats de sa recherche doctorale intitulée Les effets du système de personnalité ennéagramme sur la psychologie du bien-être et l’acceptation de soi sans-condition des jeunes adulte.

Julie Caissie, étudiante au doctorat en éducation en milieu minoritaire francophone à l’Université de Moncton, a présenté les résultats de sa recherche: Comprendre la réalité des mères monoparentales ayant un niveau socio-économique peu élevé relativement aux succès scolaires de leurs enfants.‘‘Dans cette recherche, nous avons choisi le paradigme phénoménologique et, plus particulièrement, l’approche qualitative interprétative pour comprendre les enjeux des cheffes de familles monoparentales les plus vulnérables au Nouveau-Brunswick et leur rapport avec la réussite scolaire et éducative de leurs enfants. Pour ce faire, nous avons accordé la parole à deux groupes de personnes , soit des mères monoparentales et des enseignantes qui ont généreusement accepté de participer à un entretien semi-dirigé. La diversité des données recueillies nous a permis de faire une interprétation plus approfondie du phénomène à l’étude’’, affirme Madame Caissie.